Jeudi, 18 Septembre 2014

Vous êtes ici : Expressions
n°1641 (23 juin-6 juillet 2011) | Expressions Ajouter aux favoris Créer un PDF Recommander Imprimer

Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copier et coller le texte ci-dessous dans votre page.




Aperçu :

Osons l’utopie : le fol été des communautés

Christian Dupont est un bluesman, le rythme chevillé au corps. Ce n’est pas pour rien qu’il a écrit les paroles de certaines des plus belles chansons de Paul Personne. Il sait raconter une histoire, faire sonner les cordes, en un mot faire vibrer.
Et pourtant ce n’est pas gagné… 1971, il y a quarante ans, autant dire un siècle, plusieurs centaines de communautés parsèment la France rurale et paysanne. Hétéroclites et souvent éphémères, elles tentent chacune à leur manière de réinventer la vie, de se libérer du carcan des familles, des traditions, des mœurs, des de Gaulle et Pompidou. Soixante-huit est passé par là, et rien ne doit être comme avant. Christian Dupont s’occupe alors d’une page sur les communautés dans le magazine Actuel, il aide les candidats au départ. Il finira lui-même par prendre la route du sud.
Là-bas vers Carcassonne, une vallée, La Vallée, l’attend… Mille hectares de garrigues.
Osons l’utopie raconte une expérience de vie collective, les petits bonheurs, les grands déboires, les méchants flics des renseignements généraux, les voisins méfiants, les travaux et les jours et beaucoup l’amour.
Ce pourrait facilement tomber dans le témoignage ethnologique, le bouquin historique ou pire nous faire la morale. Il n’en est rien. La langue de Christian Dupont donne vie à la vallée, aux hommes et aux femmes qui tentèrent l’aventure, à leurs disputes et leurs réconciliations, aux filles forcément trop belles, aux flics forcément trop cons. Pour un peu on croirait du Georges Lautner, un film de 1972, Quelques messieurs trop tranquilles, qui déjà mettait aux prises les habitants d’un village et une communauté hippie.
En refermant le livre sur l’échec prévisible du mouvement, on se dit que notre temps d’individualisme arrogant doit beaucoup apprendre de ces tentatives collectives de changer vraiment la vie, de ces micro-résistances au monde libéral qui furent souvent le rêve de quelques libertaires.
Après, Les Milieux libres de Céline Beaudet, et Expériences de vie communautaire anarchiste en France de Tony Legendre, qui traitaient des aventures communautaires du début du XXe siècle, les Éditions libertaires et Christian Dupont alimentent le rêve d’une vie simplement humaine sur le mode du plaisir.

Thierry Guilabert
Christian Dupont, Osons l’utopie, le fol été des communautés, éditions libertaires, 2011, 15 euros. Disponible à la Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, 75011 Paris.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

À lire aussi...