Arts et Spectacles > A voir, deux spectacles au féminin
Arts et Spectacles
par Evelyne Trân le 19 janvier 2020

A voir, deux spectacles au féminin

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4458

Deux propositions de spectacles au féminin

RIEN PLUS RIEN AU MONDE




Texte : Massimo CARLOTTO
Mise en scène : Fabian FERRARI
Distribution : Amandine ROUSSEAU
Durée : 55 min

Amandine ROUSSEAU était l’invitée de l’émission « DEUX SOUS DE SCENE » sur Radio Libertaire 89.4, le samedi 7 Mai 2016

Imaginez une page de journal à scandale, maculée de sang, épinglée sur un mur blafard d’une cité dortoir où seules claironnent quelques enseignes de supérettes. La jeune femme qui tient l’affiche revient du marché, elle porte une robe fleurie et les taches rouges qui colorent ses bras, ses mollets donnent à penser qu’elle a été éclaboussée par une teinture.

Nous comprenons très vite qu’elle est une fenêtre sur le monde à sa façon. Physiquement, elle est très acceptable, elle pourrait illustrer un spot publicitaire qui vante quelques articles de ménage. A condition de lui clouer le bec, ce qui n’est pas évidemment pas le propos de Massimo CARLOTTO qui brosse un portrait saignant d’une ménagère ordinaire en plein burn out.

« Moi femme » va-t-elle marteler tout le long d’un monologue terrifiant par sa crudité. Toute ce qu’elle raconte peut paraître improbable dans une société où il faut prendre soin de ne pas laisser s’exhaler les mauvaises odeurs, les mauvaises pensées, toute cette misère juste bonne à faire valoir les prodiges des produits de ménage.

Elle est pourtant bien rythmée la vie de cette femme de ménage qui passe sa vie à compter, à repérer les articles les moins chers, à regarder les émissions de télé réalité, qui rêve comme toute Madame Bovary d’avoir un amant, à grandes gorgées de vin rouge. Un amant qui s’appellerait ailleurs, qui l’extirperait de sa prison.

C’est une société pieuvre que décrit Massimo CARLOTTO à travers une de ses victimes sans nom, empoisonnée, sulfatée, asservie, devenue un monstre parce que toutes ses pensées n’ont plus de couleurs, et que dans son cerveau ne défilent que les étiquettes de discount, la peur de manquer, et l’horizon fatal d’un mari impuissant et d’une fille indécente.
Cette vision pathétique, impitoyable reflète pourtant bien nos réflexes ordinaires. Nous avons tellement vite fait de recouvrir les odeurs nauséabondes d’une serpillière en l’aspergeant de parfum à la lavande ! Cachez cette saleté que je ne saurais voir !

C’est une belle idée du metteur en scène Fabian FERRARI de faire incarner ce monstre par une jeune femme aussi fraîche qu’Amandine ROUSSEAU. Sa prestation met en évidence tous ces petits démons invisibles capables de faire plonger un individu quelconque. Curieusement, à notre corps défendant, ce personnage antipathique finit par émouvoir parce qu’il renvoie à la solitude, au sentiment d’impuissance, d’échec de tout individu dès lors qu’il prend conscience que ses rêves ne s’aligneront jamais sur sa réalité.

Une jeune femme qui souffre qui ne peut plus dire sa souffrance parce qu’elle est devenue un monstre. Cela nous concerne humainement nous dit le metteur en scène. Plutôt que de la juger, nous aurions envie de l’embrasser par instinct de survie, parce qu’elle est en danger. Elle ne s’aime pas, son cœur est devenu sec à cause d’une société qui consomme, consume l’individu, inhumaine ?

Un fait divers, un individu comme un grain de poussière fondu dans la masse, invisible, banal, c’est ce dont s’occupe le regard de Massimo CARLOTTO qui avance vers l’affiche déchirée de cette ménagère qui dit « Moi, femme… » sans faire de belles phrases, en ressassant juste cet ordinaire qui la conduit au néant.

Par la grâce du metteur en scène et la composition remarquable de la comédienne, nous sommes scotchés par ce cruel et éloquent témoignage !

Au Théâtre de la Contrescarpe,5 rue Blainville 75005 Paris
A partir du 21 janvier
En janvier : les mardis et mercredis à 21h. En février et mars : les mardis à 19h et mercredis à 21h.
_____________________________________________________________________________

Passons au deuxième spectacle...

LES 4 BARBU(E)S, LE PARI D’EN RIRE




Les 4 Barbu(e)s : Danielle Bonito Sales (chant, jeu, flûte traversière),Caroline Fay (chant, jeu, ukulélé), Dominique Glory (piano, jeu, chant), Sabine Venaruzzo (chant, jeu, mélodica basse)
Arrangements et direction musicale Benjamin Laurent
Mise en scène Jean Jacques Minazio
Dramaturgie Marie-Hélène Clément

Qui se souvient des Quatre Barbus, ce groupe vocal né dans les années 1939 ? Leur répertoire très vaste fait partie du patrimoine musical français. Nous leur devons notamment un disque de chansons anarchistes, un grand nombre de chansons paillardes et des adaptations de chansons de Francis Blanche et Pierre Dac.




Nous avons été heureux de découvrir que 4 barbues femmes avaient décidé de mettre leurs pas dans la route tracée par ces artistes aux mines un peu patibulaires, en apportant leur grain de sel, le meilleur sans doute celui de la folie. Mêmes déguisées avec des barbes fleuries, leur féminité explose et pendant tout le spectacle où elles chantent en solo, à tue-tête ou en chœur sous la férule d’une pianiste redoutable et d’un metteur en scène avisé, c’est un véritable bouquet de fleurs vocales, un feu d’artifice qui illumine la scène.

S’enchaînent de façon vertigineuse musiques et paroles de l’Ouverture du Barbier de Séville (Blanche, Dac, Rossini) , la Cantate des boîtes (Vian), La Pince à Linge (Blanche, Beethoven), l’Age de raison (Blanche) , Chant d’Allégresse (Chopin, Dac) , Parti d’en Rire (Ravel, Blanche et Dac), la Chanson des compagnons (populaire), La Tyrolienne haineuse (Dac) , Le Rat (populaire), L’homme de Cro-Magnon (populaire), Le Cheval de corbillard (populaire) et autres surprises.
Voilà un spectacle hautement recommandable qui inspirera les grands et petits pour le karaoké. En sortant du spectacle, nous avions encore l’air de la Danse macchab (Saint Saëns, Blanche) dans la tête.

Courez donc à la Divine comédie, vous aurez du soleil, plein les yeux, plein les oreilles, pour longtemps !

Le 18 Janvier 2020
Evelyne Trân

La Divine comédie 2, rue Saulnier 75009 PARIS – Du 19 janvier au 8 mars (journée internationale des femmes) – Tous les dimanches à 15h30 et 20h00 –




PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler