Dans un sale État > Les grosses ficelles d’un bien médiocre président
Dans un sale État
par Bérangère ROZEZ le 11 mai 2020

Les grosses ficelles d’un bien médiocre président

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4802

Ou l’analyse rhétorique de la dernière allocution présidentielle...



Voici un discours plus grave, moins lyrique, davantage néanmoins vers la fin, qui se veut dans l’humilité et la transparence (…), toujours très rhétorique. Évocation de « ratés » (juste le mot… lesquels ? on ne sait pas), du retard à l’allumage. Normal, la France n’était pas préparée. Ouf, notre honneur est sauf. De toutes les manières, la situation est la même « partout », en Europe et dans le Monde, encore un beau sophisme, la généralisation abusive comme argument de réassurance. Objectif : convaincre les Français (de quoi ? ce n’est pas clair mais les convaincre…) Que la France tient debout ? « Nous avons agi, innové » (et ce n’est que le début, vive la France !)
Procédé : des sophismes à foison tout au long du discours…

Sélection des observations
Sélection des observations ou des situations favorables (tests, la date du 11 mai…) Seules les sources en accord avec les intérêts et les propos initiaux sont citées, sans observer s’il y en a d’autres contradictoires…

Procédés analogiques
L’argument présenté est semblable à un autre argument que tout le monde accepte comme étant vrai. Puis, on se base sur cette fausse analogie pour défendre son argument. Les règles comme la condition pour ralentir la propagation du virus. Toutes les règles prises seront donc efficaces... capacité de jugement et esprit critique gommées…

Argument de l’exception
La situation est inédite ; on va vaincre le virus, ce sera difficile. La France a les capacités en matière de recherche et le gouvernement va prendre des mesures fortes. À situation inédite, mesures inédites… On demande à considérer l’argument comme basé sur une exception. Du coup, les arguments normaux ne valent pas. A situation de crise inédite, réponse inédite ! Donc les efforts exceptionnels demandés sont et seront légitimes et sans limites. La piste est dangereuse, d’un point de vue éthique, sociétale, économique… Ou comment virer vers un régime totalitaire se défendant d’être une « démocratie »…

Fausse cause
Idée que le pays est menacé par la récession. Il faut donc protéger l’économie et être amenés à produire davantage, « massivement ». La conclusion est présentée comme si elle répondait à une nécessité à partir des prémisses, mais ce n’est pas le cas… Un système autre que le capitalisme est possible…

Sophisme du joueur
Idée erronée selon laquelle un événement devient plus ou moins probable en raison de ce qui s’est passé auparavant, alors que sa probabilité est soit fixe soit sans rapport avec ce qui a été… (rappel au passé ? le temps de "guerre" hum… ah bon c’est la guerre ?? on s’en souviendra… ??)

Conclusion non pertinente et raisonnement circulaire

On veut prouver que le déconfinement sera possible le 11 mai si des tests massifs sont effectués. Détection et réorganisation. On va augmenter le nombre de tests pour prouver que la date choisie est la bonne… Conclusion dès les prémisses.

Idée sous-jacente de la négation de l’antécédent dans la date annoncée du 11 mai et le déconfinement. « L’espoir renait mais rien n’est acquis ». Le virus se propage encore, les règles de confinement resteront. Le virus se propage moins, donc on peut déconfiner ?? Si A alors B. Mais Si non-A alors non-B. Dans les prémisses, on donne juste une condition qui suffit pour amener à la conclusion, mais l’effet décrit dans la conclusion peut être apporté aussi par d’autres conditions, non prises en compte dans l’argument.

Questions : Quel sera le pourcentage de tests effectués ? Quel sera le pourcentage de personnes qui auront contracté le virus et pourraient être immunisées ? D’après les scientifiques, seulement 10 % de la population aura été contaminée… Alors on fait quoi ? L’enjeu, ce sont les traitements. Le Président évoque la recherche, l’implication de la France dans la recherche d’un vaccin. Oui… et ?

Argument fallacieux
Après avoir déclaré que les masques étaient inutiles, tout simplement parce que l’État n’en disposait pas et n’avait anticipé ni commandes ni productions de masse (est-ce un des ratés évoqués par le Président) ? « L’usage du masque pourra devenir systématique », après des commandes effectives passées (hourra !) et une production conséquente sur le sol français d’ici à mi-mai…

Faux dilemme
On fait croire qu’il n’y a que deux options ou solutions possibles ; puis, on rejette l’une des deux. On conclut donc que l’autre doit être vraie, la seule à retenir. Cette stratégie oriente le débat en le
simplifiant et en faisant croire qu’il y a une compétition et une contradiction entre deux options. En réalité, les alternatives ne sont pas réellement contradictoires. C’est ainsi que le port du masque
devient légitime… son usage potentiellement réglementé (puisque tout est soumis à des règles strictes) donc obligatoire, et non plus simplement systématique… à voir après le fameux 11 mai…

Affirmation du conséquent
Les Français vont continuer de respecter les règles. Le système va se réorganiser pour multiplier les tests. Les règles seront respectées. La France pourra tester massivement… Les écoles pourront donc réouvrir le 11 mai. C’est ainsi que les écoles, les crèches… pourront réouvrir… progressivement… ? Ah… alors pourquoi marteler le 11 mai ? J’oubliais… parce qu’il nous faudra « produire » beaucoup (mot répété 8 fois)

Vraie raison mais non explicitement dite
Remettre les enfants à l’école pour que les parents puissent reprendre le travail et redresser collectivement l’économie. Tous les "compatriotes", unis et solidaires, rassemblés autour du gouvernement et derrière le Chef de l’État, prêts à faire face à une situation de crise inédite, à une « période difficile », à suivre toutes les règles strictes, rigoureuses, pour le bien et la protection de tous (surtout les aînés… attention la culpabilité nous guette) et à fournir tous les efforts nécessaires pour relancer l’économie du pays… Une France forte, à la pointe de la recherche, réactive, dans l’action et l’innovation, opérationnelle d’ici le 11 mai… possiblement mais pas assurément (se garder de trop affirmer par ces temps d’incertitude). « L’espoir renaît mais rien n’est acquis. » : rassurer mais pas trop pour que les Français continuent à « poursuivre leurs efforts et à appliquer les règles » (ne pas trop brider ni trop lâcher du lest sinon le gouvernement ne pourra contenir le peuple, la « populasse », mais surtout ne pas lui dire…)

Bérangère ROZEZ
PAR : Bérangère ROZEZ
SES ARTICLES RÉCENTS :
Le Glossaire présidentiel
One-man-show
Implacable 1 (ça, c’est ça de l’argument)
Implacable 2 (on continue dans le top de la pertinence et l’irréfutable)
Macron et l’art de la contorsion
En même temps
Vive les colos !
Croissance, relance… décadence
le retour du grand guignol : LaREMComedyClub
La boulette
L’art et la manière de brosser dans le sens du poil
Ça vole bas
Grand Guignol : LaREMComedyClub
Pluie de milliards
Piqûre de rappel
L’alternative Pénicaud : la peste ou le choléra
Jean-Mimi vs Edouard
Youpi !
Dans l’air du temps
A nos jours (mal)heureux !
« Désinfox » ou le contrôle de l’information
Sois belle et masquée
Les dix commandements covidiques
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler