Littérature > Se rappeler de Michel Morphy
Littérature
par Sylvain Boulouque le 19 décembre 2021

Se rappeler de Michel Morphy

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6133





Cet écrivain d’origine londonienne installé a fréquenté tôt les milieux révolutionnaires de la capitale. Jules Morhy-Mac Sweeny est né en 1863. Durant la commune, sa mère accueille les fédérés blessés et les soigne, la légende voulant que l’enfant ait participé à la construction de barricade et ait été arrêté puis libéré. Sa mère meurt en 1872, l’enfant promet d’œuvrer pour la Sociale alors que le père catholique conservateur et autoritaire confie l’éducation de son fils à un curé. Michel fugue et survit d’expédient. Installé sur les contreforts de Montmartre, il fréquente Louise Michel, Jean-Baptiste Clément et devient en 1879 déjà été secrétaire du cercle socialiste. Il participe aux hommages rendu aux combattants de la commune. Arrêté pour rébellion pour avoir répondu aux flics « assassins et misérables », la Justice le condamne : un mois de prison et seize francs d’amende. Arrêté une nouvelle fois l’année suivante, Louise Michel prend publiquement sa défense. Il fonde alors la République sociale. Arrêté pour la troisième fois en deux ans, il échoppe de neuf mois de prison. L’éditeur socialisant Maurice Lachâtre l’embauche à la librairie du progrès. Mais, l’expérience dure peu. Retour à la case prison après l’émeute du 9 mars 1883, durant laquelle avec Louise Michel et Emile Pouget, il participe à l’autoréduction de boulangerie. L’éditeur Tallandier l’a repéré et l’embauche pour des travaux de rédaction. Parallèlement, avec l’accord de l’éditeur, il republie et rédige la République sociale, qui le conduit une nouvelle fois à la Santé pour six mois. Rebelote en 1885, pour diffamation envers Ferry le tonkinois. Morphy se lance dans le roman et surtout devient pamphlétaire. Il voit dans le boulangisme une issue pour la sociale. C’est aussi le début de sa carrière littéraire lui permettant d’accéder au succès. De libertaire il adopte la posture nationaliste Paradoxalement, il retrouve à Londres Louise Michel et revient à ses premières passions politiques suite à un nouveau passage à la santé en raison de sa participation à une émeute urbaine à Montmartre tout en restant dans un manque de cohérence absolue fidèle à Boulanger. La passion de la révolte l’abandonne, il se lance dans la littérature à succès, jusqu’à sa mort en 1928, quitte à abandonner toutes ses anciennes passions pour parvenir… comme en témoigne la construction de son hôtel particulier au parc Montsouris et ses possessions en Bretagne. Morphy incarne comme beaucoup d’autres l’itinéraire des littérateurs sombrant lors de la crise boulangiste dans le nationalisme et dans l’antisémitisme au moment de l’Affaire Dreyfus. La biographie n’en reste pas moins passionnante et fort bien narrée.

Michel Morphy (1863-1928), De l’anarchie au roman rose, de François Gaudin
Honoré Champion, 2021, 240 p. · 24 €
PAR : Sylvain Boulouque
SES ARTICLES RÉCENTS :
Des nouvelles de Debord
Une autre vision sur la Russie et l’URSS
Le refus de Camus
Rêveur d’anarchie…
Femmes de l’extrème droite
Vox populiste
BD r’portage
Общая положительная оценка, товарищ Жорж ?
Le menteur d’histoire
Flora Tristan, aventurière de l’émancipation
Soyons féroces avec les bouffeurs d’hostie
Au travail !
Emma
Emile
Portraits de staliniens
La mémoire d’un vaincu ?
Les filles du Kurdistan Une révolution féministe
Joe Hill
Terreur d’État en URSS
Francisco Ferrer, assassiné par l’Église avec la complicité de l’État
Le coin-lecture du 15 mars
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler