Mardi, 21 Octobre 2014

Vous êtes ici : Auteurs 2004 (n°1342 à  1380) n°1375 (11-17 nov. 2004)
n°1375 (11-17 nov. 2004) Ajouter aux favoris Créer un PDF Recommander Imprimer

Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copier et coller le texte ci-dessous dans votre page.




Aperçu :

Quand l'autruche éternue...

...c'est toute la jungle qui s'enrhume

Éradiquer Sarko

« J'affirme que religion et république sont complémentaires. » Sarkozy.

Que le futur président de l'UMP joue les Bush et remette en cause la loi de 1905, n'étonnera que ceux qui n'assistent pas à la messe en compagnie du clan, le dimanche matin à Neuilly. Dans le même temps, une immense croix est érigée en plein cœur de Paris avec la bénédiction de Mgr Delanoë. Décidément le travail d'éradication des ratichons de toute sorte reste à terminer.

Vous croyez ?

« Vous croyez que Jacques Chirac a besoin de l'argent de la Polynésie ? » Gaston Flosse.

Bien sûr qu'il n'en a pas besoin ! Donc, je le garde pour moi. Logique.

No limits for Bretzelman

« Il n'y a plus de limites à la grandeur de l'Amérique. » Bush, discours de sa réélection.

C'est ce qui s'appelle prévenir son monde... Pour se prémunir des délires du demeuré que viennent de réélire ces... gens, la vieille Europe ne peut plus compter que sur ces célèbres bretzels. On est d'accord, ça fait léger.

Iceberg droit devant

« L'opposition espace public-espace privé ne résiste pas à la traversée de l'Atlantique. » Le commandant Sarko.

Est-ce à dire que la laïcité est une manière de Titanic ? Oui, mais que Sarkozy voudrait dépourvu de chaloupes.

La vie, la mort, tout ça

« Si Yasser Arafat est entre la vie et la mort, c'est donc qu'il est encore un peu vivant. » Roland Dumas, un revenant.

Dommage que, dans sa jeunesse, Dumas ait choisi le droit plutôt que de se laisser tenter par la médecine : à lire ce genre de diagnostic, on se dit que la science y aurait gagné un grand homme.

Bâtards

« N'oublions pas que les présidents sont les descendants des rois de France. » Olivier Stirn, écrivain.

Après la putain du même nom, voici donc les bâtards de la République... Il faut bien reconnaître que certains d'entre eux y ont vraiment cru. On se souvient même d'un gaillard qui, pensant descendre de Ramsès, et sentant la mort venir, s'est fait bâtir une pyramide. Et sous les fenêtres de Louis XIII !

Il suffit

« Je crois profondément à la république des talents .» De Villepin, ministre.

C'est sans doute pour cette raison que Monsieur s'est toujours gardé de se soumettre au suffrage universel. Chez les de Villepin, le talent suffit.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir