Nouvelles internationales > Du rififi dans la Garde civile espagnole
Nouvelles internationales
par Juan Chica Ventura le 25 juillet 2020

Du rififi dans la Garde civile espagnole

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5000


Dimanche 28 juin, dans les casernes espagnoles, la Garde civile s’est jointe aux célébrations de la Pride Day, en affichant son image de profil , sur les réseaux sociaux, ses nouvelles couleurs, de « Orgullo Gay », (Orgueil gay), symbole du mouvement LGBT (lesbienne, gay, bisexuel, transsexuel),



ou drapeau arc-en-ciel depuis 1978, (en hommage à Harvey Milk, conseiller municipal à San Francisco, qui avait été assassiné le 27 novembre 1978), ou encore depuis le début des années 90, drapeau queer (altersexualité).

Ses couleurs sont actuellement utilisées dans le monde entier, comme symbole de la fierté gay par son créateur, Gilbert Baker (1951-2017), né au Kansas (États-Unis), ancien soldat de l’armée américaine, devenu artiste. Il aurait été inspiré par la chanson Over the rainbow  (Au-dessus de l’arc en ciel), interprétée par Judy Garland, en 1931, dans le film Le Magicien d’Oz.
Avant que le drapeau n’existe, un triangle rose était présenté, celui qu’Hitler a utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale pour marquer les homosexuels dans les camps de concentration. Six bandes de couleurs sont représentées : - le rose/la sexualité, le rouge/la vie, l’orange/la santé, le jaune/la lumière du soleil, le vert/la nature, le turquoise/la magie et l’art, le bleu/la sérénité, le violet/l’esprit.

Du rififi dans les casernes de la Garde civile espagnole
Certains policiers n’ont pas aimé ce changement.
C’est le cas aussi de la députée Vox (parti d’extrême-droite), Macarena Olona, qui dit que : «  la Garde civile ne se couvre que du drapeau espagnol », demandant immédiatement la démission du ministre de l’intérieur, Fernando Grande-Marlaska.
Également, l’eurodéputé Vox, Hermann Tertsch, a critiqué ce changement de profil de la Garde civile, assurant que : « cela n’a rien à voir avec les droits ou avec les homosexuels. Mais avec l’agression contre l’État : la proclamation que ses organes armés restent au service de l’idéologie de ce gouvernement ».
PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol) et ses fédérations territoriales, « Unidas Podemos », « Compromís », « Más País », sont quelques-uns des partis qui ont ajoutés le drapeau arc-en-ciel à leur logo, tout comme les syndicats UGT et CCOO (Union générale des travailleurs et la Confédération syndicale des commissions ouvrières), des entreprises publiques comme « Metro de Madrid » et « Correos » (La Poste). « Correos » a été l’un des premiers à adhérer à l’hommage collectif LGBT et a émis un timbre spécial qui a déclenché un débat sur l’opportunité ou non de la décision.
Le siège socialiste Ferrez à Madrid a affiché le drapeau arc-en-ciel sur la façade pour accueillir la célébration. Acte qui a également été répété dans plusieurs quartiers généraux socialistes territoriaux.
Des personnes anonymes ont été en accord avec cette « transformation » et ont montré leur soutien à cette initiative tout en appréciant le geste. « Je suis ex-militaire de l’infanterie. Tout mon soutien et merci pour ce nouveau profil ». Autre témoignage de soutien « si nous parlons d’aimer (pas de blesser, d’insulter, d’arnaquer…) Qu’importe donc qui j’aime ? ».

Le 7 juillet, la police et la Garde civile seront autorisées à défiler pour la Gay Pride dans toute l’Espagne. Les représentants des forces de l’ordre pourront se joindre à la manifestation en uniforme, défendant ainsi la visibilité de la diversité sexuelle, du genre et de l’égalité au sein de la police et de la Garde civile, autorisation qui intervient après une pétition lancée par l’association de police espagnole LGBT.
C’est une belle victoire symbolique remportée par le mouvement qui associe ses couleurs à la vie et au bonheur, valeur qui symbolise principalement la diversité.
La réflexion et la comparaison pourraient tout aussi bien se faire chez les anarchistes, non pas dans les réalités affectives sexuelles, mais dans les réalités combatives, protestataires, syndicalistes, révolutionnaires et militantes en offrant une sensibilité et une reconnaissance plus répandues que celles que nous connaissons maintenant.
Il convient de se souvenir de la signification du drapeau noir qui nous rappelle «  les canuts révoltés »; drapeau noir qui fait une apparition « remarquée » dans la manifestation des sans-travail aux Invalides à Paris, le 9 mars 1883, lors d’un meeting organisé par le syndicat des menuisiers. Louise Michel y arbore un drapeau noir. Lors de sa défense pendant son procès, devant la cour d’assise de la Seine, le 22 juin 1883, elle tient ces propos : « Pourquoi avons-nous abrité la manifestation sous le drapeau noir. Parce que ce drapeau est le drapeau des grèves et qu’il indique que l’ouvrier n’a pas de pain ». Quelques mois plutôt, le 18 mars 1883, elle s’exclame salle Favié à Paris : « Plus de drapeau rouge, mouillé du sang de nos soldats, j’arborerai le drapeau noir, portant le deuil de nos morts et de nos illusions » et pour finir, toujours sur les paroles de Louise Michel : « Chacun cherche sa route, nous cherchons la nôtre et nous pensons que le jour où le règne de la liberté et de l’égalité sera arrivé, le genre humain sera heureux ».

Juan Chica Ventura
Groupe anarchiste Salvador-Seguí
PAR : Juan Chica Ventura
Groupe anarchiste Salvador-Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
CHATELAIN, GATTI, DEUX PASSIONS ANARCHISTES
Art contemporain
La Maternité d’Elne
VOX : L’EXTRÊME DROITE EN ESPAGNE
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler