Dans un sale État > Faits d’hiver : 122 ans de prison !
Dans un sale État
par Jean-Marc Raynaud le 2 août 2020

Faits d’hiver : 122 ans de prison !

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5021

122 ans de prison !




Marixol Iparragirre, militante d’ETA, a été arrêtée en France en 2004. La justice française lui a collé 20 ans. Elle a été libérée en 2019 et immédiatement extradée en Espagne où elle a été tout aussi immédiatement incarcérée. Elle a comparu les 8 et 9 juillet 2020 devant l’Audiencia Nacional de Madrid. Au deuxième sous-sol. Audience retransmise à la télé et « publique » puisque seuls quelques membres de la famille ont pu y assister. Interdiction de faire citer des témoins de moralité pour la défense. Verdict le 24 juillet 2020 : 122 ans de prison. Motif, avoir ordonné l’attentat à Léon contre le militaire Luciano Cortigo en 1995. Ce que Marixol a nié. Et ce que Ibon Etxezarreta et Agustin Almaraz, condamnés antérieurement dans cette affaire, ont confirmés en affirmant ne pas avoir eut de relations avec elle. Zéro preuve, donc. Mais… Mais il a surtout été reproché à Marixol d’avoir été la porte paroles des prisonniers politiques basques et d’avoir publiquement annoncé la fin de la lutte armée et la mise en œuvre d’un processus de paix au pays basque.

Commentaires. La justice française était-elle obligée d’extrader Marixol en Espagne alors que ce pays ne reconnaît pas les décisions de la justice française et rejuge ses ressortissants pour les même faits que ceux pour lesquels ils ont été condamnés en France. Et puis, la France et l’Espagne sont-elles au courant qu’ETA a arrêté la lutte armée il y a dix ans, rendu ses armes, s’est auto dissoute il y a deux ans et a acquiescé au processus de paix initié par la société civile et de nombreuses personnalités de tous bords politiques ?

Soyons positifs. Si Marixol est sage, elle pourra bénéficier de quelques années de remise de peine et pourrait donc sortir de tôle en… 2138. Presque de quoi regretter Franco qui, lui, du moins, avait la peine de mort expéditive et… non hypocrite !

Jean-Marc Raynaud

à lire également Marixol
PAR : Jean-Marc Raynaud
SES ARTICLES RÉCENTS :
Faits d’été : Arrêtez de toujours nous dire merci !
Faits d’hiver : Et maintenant écoutons !
Faits d’hiver : Mort sans ordonnance !
Faits d’hiver : De la présomption d’innocence à géométrie variable !
Crise de Foi : Laissez venir à moi les petits enfants !
Faits d’hiver : De la « légitime défense » !
Faits d’hiver : Détresses respiratoires
Crise de foi. Un manque à gagner de 70% pour l’Église
Faits d’hiver : De la liberté d’expression Sous… le Macronavirus !
Faits d’hiver : Toujours demander à parler… Au chef !
Faits d’hiver : Pour enrayer l’épidémie Une seule solution
Faits de grand hiver : Chiens policiers un jour… Chiens policiers toujours !
Faits d’été : Quand les blacks blocs offrent leurs masques… Aux hôpitaux !
Faits d’hiver : Le confinement va être terrible !
Radio Paris ment. Radio Paris est allemand !
Quand des policiers détournent les armes… Des terroristes !
Faits d’hiver : Quand la France refusait de vendre des armes à … !
Avant-garde, lutte armée et processus de paix !
Cent mille coups d’épingle tuent plus sûrement… Qu’un coup de massue !
Faits d’hiver
God save Notre Dame
Une mandoline pour Pierre
Bref voyage au pays de la « justice » déconcertante !
Faits d’hiver : "Selon que tu seras... !"
Île d’Oléron, ni Dieu, ni maître, ni McDo
Actes de colloques sur la Grande Guerre
D’un municipalisme libertaire sans étiquette mais avec une réalité avoisinante!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 3 août 2020 11:45:39 par Luisa

Toute peine de prison est une vengeance.
122 ans de prison, ce n’est plus de la vengeance c’est du sadisme !

2

le 14 août 2020 18:18:54 par La Vierge Rouge

Ben oui, Luisa, t’as raison. La prison est une vengeance. Mais pas pour tout l’Monde. Figaro ci, Figaro là ,J’Express mes idées, et mets l’Point sur les i. Mais même ça, c’est pas normal ! J’déraille sérieuse. Faut quand même être juste ! Suffit d’voir notre bon camarade Balkany. Paraît qu’il était un peu faible des éponges, et qu’y virait dépressif, voire même suicidaire. ! Alors fallait prendre en compte sa misère à c’ malheureux ! Allez ouste ! dehors, et va danser la Carmagnole, pour reprendre du souffle !

Paraît aussi qu’les pédophiles reprennent du service. Là, franchement j’suis secouée encore plus. J’croyais, stupide bête que j’demeure, qu’ils étaient tous, et depuis longtemps enChrister. Donc temporisons, faut rien exagérer ! Y’a rien d’anormal ! Tout l’monde a l’droit de vivre sa vie ! De s’exprimer dans ses choix sexuels ! Les mômes violés ? - un toutes les heures dans notre beau pays - Les Femmes tabassées, Bof... Comme les Putes. Ça n’a qu’un droit : celui d’fermer sa gueule. Et pis t’as voulu avoir du pognon facile, trop fainéante pour bosser dans l’esclavage salarié, alors nada ! t’as récolté ce que tu méritais ma vieille !
Pour le reste, tonton Macroute et son équipe s’occupe de nous pour notre bien. Qui a dit l’contraire. Moi ? Ça va pas non ! Faut d’l’ordre pour qu’ça tourne bien une société !
Et ben moi j’comprends ça. C’est les droits de l’homme qu’ça nomme. Et toutes les belles lois que votent nos de politiciens avisés, elles sont faites pour nous protéger. Pis c’est normal qu’on s’occupe des plus faibles, des proscrite, des dangereux et autres cinglé-es ! On d’viendrait quoi, si on laissait tout ce fatras s’exprimer ? L’Anarchie qu’c’ s’rait ! Et moi, j’ai pas envie de cette histoire là, parce que j’aime l’ordre ! Du balais les Anars bon sang !
Et si on r’garde bien, les Taulars-des, les Putes, et autres animaux dégénérés, ça meure pas. Ça crève, comme tous mes chiens écrasés sous l’soleil d’août.

Depuis l’temps, j’suis comme une belle coquelicot sur un bout d’tissus noir. Parce que la Mort, y’a longtemps que j’vis avec. Alors 122 ans... C’est un détail face à l’Éternité. Courage. Nous reste plus qu’ça ! Au fond, c’est p’t-être encore quelque chose. Un début pour une autre route. Va savoir...

Salutations Libertaires, avec des gros bisous, et des larmes sur un morceau d’Trottoir de jadis...