Non-Violence > Drôle de guerre
Non-Violence
par Céd. le 21 novembre 2020

Drôle de guerre

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5236



Muni de son lance roquets
Le drôle partit à la guerre.
Un chrysanthème au fusil
Il se croyait quasi immortel.

Son missel avait été dédicacé
Par un grand cardinal-militaire.
La signature de son sauf-conduit
Avait échu à un abbé-colonel.

Muni de son ordre de tuer
Le drôle se montra volontaire.
Un Panzer demi chenilles
Traçait la voie sacramentelle.

Les chiots qu’il avait emmenés
Furent envoyés dans les airs.
Ils hurlèrent comme au chenil
Et moururent à Compostelle.

Démuni de munitions de canidés
Le drôle se rendit à la fourrière.
Contre un lot de furieux Mussolini
Il aliéna son commerce de dentelles.

Il repartit au combat rasséréné
Confiant en sa matière première.
Il rechargea et pointa l’ennemi
Visant une attaque au scalpel.

Démuni du soutien des alliés
Le drôle se retrouva à terre.
Il cria : « je vous conchie ! »
Et le feu tomba de la citadelle.

A demi mort, à demi enterré
Il tenta un coup de poker.
Le dernier atout qu’il sortit
Fut d’en référer au Ciel.

« Seigneur dieu, soyez loué
Sur vous je mise, en vous j’espère.
Je vous en prie, je vous en prie
Sortez-moi de ce bordel !

Faut-il donc vous supplier
Jésus, Judas ou saint Nectaire ?
Madeleine, Ulla ou Marie
Ayez pitié mes demoiselles ! »

Démuni du joker de la Trinité
Le drôle ne résista pas à l’affaire.
Il jura contre le Saint-Esprit
Et la traitrise du Grand Paternel.

Refroidi, il ignora de ce fait
Ce qui s’était joué par derrière.
L’eût-il su qu’il aurait repris
Foi en le dieu des criminels.

***
Une enfant à l’innocence bafouée
Déchire tous les bréviaires.
Elle s’élève contre l’ignominie
Et l’horreur dans la venelle.

Toutes les croix gommées
S’effacent alors du reliquaire.
Il ne faut plus lui parler d’eucharistie
De pardon ou d’amour providentiel.

Le drôle s’était bien amusé
Avec ses caresses autoritaires.
Qu’elle ait crié non plutôt que oui
Est indifférent à la tutelle.

Il avait usé et abusé
Comme ses coreligionnaires.
Mais le jeu de touche-pipi
Ne se termine jamais devant l’autel.

Le drôle ne fut jamais dénoncé
Par les archiprêtres-militaires.
Il fut même plutôt béni
Pour ce travail éducationnel.

Sur sa tombe est indiqué
Qu’il tomba « droit et fier ».
Assassin pour son pays
Il flétrit aussi Christel.

Le drôle ne fit pas rigoler
La petite au regard noir éclair.
Après des années d’insomnie
Elle ourdit un plan mortel.

Le drôle aimait à s’alcooliser
Pour se donner un certain air.
Son barda était fourni
En bouteilles d’hydromel.

Le drôle pria donc la divinité
Quand il fut versé sur la civière.
Pour échapper à la pleutrerie
Il but au goulot l’alcool de miel.

Le drôle trembla de la tête aux pieds
Et vomit l’évangile selon saint Pierre.
Mais aucune de ces bondieuseries
Ne le sauva de la fin universelle.

Le drôle mourut dans l’hostilité
Sans l’hostie fourguée par le vicaire.
Il avait avalé un litre et demi
De liquide et de fiel.

La jeune fille s’était glissée
Une nuit dans son repère.
Empoisonnant les litrons-amis
Elle vengeait ainsi son destin cruel.

Céd.
PAR : Céd.
SES ARTICLES RÉCENTS :
Excursion printanière
Mais voici la guerre
Omelette bien baveuse
EMC
Veuillez décliner votre identité !
Homo ça pince
Délit... Délit...
Ajustements langagiers
Penta garrulus glandarius
Corona mon amour
Cure
Macronie - Talibanie
Rude endormissement
Vivre et ne rien regretter
Boucs émissaires
Crépuscule
La Légion de l’horreur
Leçon de français
Défense de François Fillon
Déscolarisation
Hymne à la police
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 23 novembre 2020 19:46:22 par Luisa

Soyez loué cher Monsieur Céd !